TOP conseil | Livraison sûre & rapide | Qualité professionnelle | Indépendant du fabricant | Livraison dans l'UE| Livraison en Suisse

Anguilles électriques et thérapie par fréquences

Les origines de l'électromédecine, dont fait partie la thérapie par fréquences, se trouvent chez les anciens Égyptiens.

Ils ont utilisé l'électricité de l'anguille électrique (Electrophorus electricus) pour traiter la douleur, en tant qu'"analgésique", et ont obtenu des résultats étonnants.

Selon la tradition, dès 2 750 avant J.-C., les patients souffrant de douleurs étaient exposés à des chocs électriques provenant d'anguilles électriques.

Les patients devaient se tenir debout, les deux pieds nus, sur l'anguille électrique fixe, qui se trouvait en position de stress ou de défense et produisait donc un courant de forte intensité.

Les décharges électriques circulaient désormais en permanence dans les extrémités du patient, via ses pieds nus. L'application a été effectuée jusqu'à ce que les jambes soient engourdies et que la sensation de douleur diminue.


Lorsque les Romains ont conquis l'empire égyptien en 31 avant J.-C., la science curative des Égyptiens est également entrée en possession des Romains.

Le médecin romain Seribonius Largus a été le premier à décrire des mesures électrothérapeutiques à l'aide d'anguilles électriques, en 46 après JC.

Les Romains utilisaient l'électromédecine principalement pour les maux de tête et la goutte. Par la suite, cette méthode a été affinée et on la retrouve dans les sources historiques comme un traitement efficace de la douleur dans la médecine romaine.

Malheureusement, dans la tourmente du Moyen Âge, cette forme d'électrothérapie a été perdue pendant plusieurs siècles.

Ce n'est qu'en 1747 qu'un professeur italien a réussi à donner suite aux succès de guérison électromédicale des Romains.

Il a placé un support métallique sur le bras paralysé d'un forgeron et a envoyé les chocs électriques de l'anguille électrique dans le bras du patient. Selon les rapports, le bras paralysé du maître forgeron était à nouveau conditionnellement fonctionnel après quelques thérapies.

D'après un récit de voyage de 1761, l'anguille électrique était également utilisée comme traitement de la paralysie chez les Amérindiens d'Amérique du Sud.

Les anguilles électriques possèdent des organes électriques avec lesquels les animaux s'orientent et communiquent entre eux grâce à de faibles champs électriques, mais avec lesquels ils peuvent également émettre de fortes décharges électriques dont la tension peut atteindre 500 volts.

La plupart de la surface du corps de l'anguille électrique est couverte d'organes électriques. Ce sont en fait des muscles remodelés qui peuvent libérer ces hauts voltages.

Chaque organe est constitué d'un grand nombre d'éléments générateurs de courant, dont chacun ne produit qu'une faible tension.

Dans une anguille électrique, les quelque 5 000 à 6 000 électrocytes peuvent produire collectivement une tension allant jusqu'à 500 volts pour un courant de 0,83 ampère, et donc une puissance de 415 watts.

Ainsi - pour faire simple - le corps du poisson est comme un accumulateur.

Des acides se forment dans les muscles, dont les plaquettes sont superposées des milliers de fois. Ils transportent les électrons de muscle à muscle. Cela crée un courant qui charge l'accumulateur musculaire.

Le terme "bioélectricité" a ensuite été inventé pour désigner ce type d'énergie électrique.

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.