TOP conseil | Livraison sûre & rapide | Qualité professionnelle | Indépendant du fabricant | Livraison dans l'UE| Livraison en Suisse

Sarcome et thérapie par la fréquence

Que sont les sarcomes ?

Les sarcomes sont des tumeurs malignes rares qui touchent environ 5.000 patients par an en Allemagne et représentent ainsi près d'un pour cent de tous les nouveaux cas de cancer. Ils se développent principalement (environ 85 pour cent de tous les sarcomes) dans les tissus mous tels que les muscles, la graisse et/ou les tissus conjonctifs. Plus rarement, ils peuvent également se développer dans les os (environ 15 pour cent de tous les sarcomes). Les sarcomes comprennent environ 100 sous-formes différentes, dont l'identification est extrêmement importante pour le traitement.

En quoi consistent les tumeurs des tissus mous des sarcomes ?

En général, les sarcomes se répartissent en trois formes de tumeurs des tissus mous :

  • les tumeurs bénignes et non agressives des tissus mous : comme le liposarcome (qui est le deuxième type de sarcome des tissus mous le plus fréquent après l'histiocytome), le fibrosarcome (qui se développe à partir de cellules du tissu conjonctif) ou les hémangiomes sont des tumeurs localisées qui n'envahissent pas d'autres tissus. La plupart du temps, ce type de tumeur apparaît sur les bras ou les jambes. Dans des cas plus rares, elles peuvent également toucher l'abdomen, le bassin, les épaules et/ou la tête et le cou.
  • Tumeurs intermédiaires des tissus mous : comme les fibrosarcomes agressifs (tumeurs desmoïdes), elles se développent directement dans les tissus voisins. Cependant, elles ne forment généralement pas de métastases dans d'autres parties du corps.
  • Tumeurs malignes des tissus mous (sarcomes) : comme les liposaccomes ou les léiomyosarcomes (constitués de cellules musculaires lisses), qui se développent directement dans les tissus voisins et peuvent également disséminer des métastases dans des organes éloignés.

 

Typiquement, les sarcomes des tissus mous disséminent les cellules tumorales principalement par voie sanguine et forment souvent des métastases dans les poumons, alors que les métastases dans les ganglions lymphatiques sont nettement plus rares.

L'angiosarcome est une sous-catégorie un peu plus spécialisée des sarcomes des tissus mous. Il s'agit d'une tumeur maligne qui se développe souvent dans la peau, le foie, les seins ou la rate. L'angiosarcome se développe à partir des vaisseaux lymphatiques (lymphangiosarcome) ou des cellules endothéliales des vaisseaux sanguins (hémangiosarcome).

En quelles tumeurs osseuses distingue-t-on les sarcomes ?

Alors que les tumeurs osseuses peuvent être bénignes ou malignes, les sarcomes osseux sont toujours malins. Ils ont leur origine dans le tissu cartilagineux ou directement dans l'os, ce qui les distingue des métastases osseuses. En effet, ces dernières ne trouvent pas leur origine dans les os, mais dans d'autres organes. Les cellules tumorales ont alors disséminé des métastases dans les os.

Parmi les sarcomes osseux les plus fréquents, on trouve le chondrosarcome (une tumeur osseuse maligne), l'ostéosarcome (la tumeur osseuse maligne primaire la plus fréquente) et le sarcome d'Ewing. L'ostéosarcome et le sarcome d'Ewing sont surtout fréquents chez les enfants, les adolescents et/ou les jeunes adultes, tandis que ces deux sarcomes osseux sont plutôt rares chez les adultes de plus de 40 ans. Les personnes âgées de 50 ans et plus sont, quant à elles, plus souvent atteintes de chondrosarcome que la moyenne.

Le rhabdomyosarcome est une sous-catégorie plus spécifique de sarcome osseux. Il s'agit d'un carcinome qui apparaît surtout pendant l'enfance et qui se développe à partir de cellules mésenchymateuses embryonnaires. Ces cellules peuvent encore se développer en cellules musculaires squelettiques. Un rhabdomyosarcome peut se développer à n'importe quel endroit du corps et présenter presque n'importe quel type de tissu musculaire.

Quels sont les symptômes des sarcomes ?

Les sarcomes ne provoquent généralement pas de symptômes typiques, raison pour laquelle ils sont souvent diagnostiqués tardivement. Le premier signe est l'apparition d'un gonflement indolore ou d'un nodule. Si le gonflement ou le nodule s'étend, une sensation de tension peut également apparaître à l'endroit de la peau concerné. Ce n'est que lorsque le sarcome repousse les nerfs et/ou se développe dans le tissu nerveux que des douleurs peuvent apparaître.

S'il s'agit de sarcomes superficiels, ils sont généralement découverts plus tôt que les sarcomes qui se trouvent plus profondément dans les tissus ou qui se sont installés dans la poitrine ou l'abdomen. En présence d'un sarcome osseux, des douleurs articulaires, une raideur des articulations ou une fracture peuvent survenir.

Si l'on constate un gonflement qui n'a pas disparu au bout de plus de quatre semaines, il faut absolument consulter un médecin afin de faire examiner le gonflement par un médecin. Cela vaut surtout si le gonflement a un diamètre de 5 cm, s'il augmente en taille, s'il provoque des douleurs (fortes) et/ou s'il semble se situer sous la peau. Si toutes ces caractéristiques sont présentes, la probabilité d'une tumeur maligne augmente.

Quelles sont les causes de l'apparition d'un sarcome ?

Les médecins ne connaissent pas encore la cause exacte de l'apparition des sarcomes. Toutefois, les facteurs suivants sont considérés comme des risques potentiels de développement d'un sarcome :

  • Des syndromes génétiques rares peuvent favoriser l'apparition de sarcomes.
  • Après une radiothérapie, un sarcome peut se former sur la zone irradiée.
  • Un certain type d'herpèsvirus humain peut jouer un rôle dans le développement d'un sarcome de Kaposi.
  • La formation de sarcomes dans le foie est probablement liée au chlorure de vinyle.
  • Les toxines environnementales et/ou le contact avec certains produits chimiques peuvent entraîner un sarcome.
  • Les inflammations chroniques peuvent constituer un risque de sarcome des tissus mous.

Comment évolue un sarcome ?

Un sarcome dépend de différents facteurs et évolue donc toujours de manière très différente. Outre la question de savoir de quel type de sarcome il s'agit, cela dépend également de la malignité des cellules tumorales, de la taille que le sarcome a déjà atteinte, de l'emplacement du sarcome et de la formation éventuelle de métastases. Tous ces facteurs déterminent si le sarcome peut être enlevé chirurgicalement.

Comment un sarcome est-il diagnostiqué ?

Comme les sarcomes sont plutôt rares et peuvent prendre de nombreuses formes différentes, le diagnostic n'est pas toujours facile. Toutefois, la détermination de la sous-forme de sarcome est une condition préalable à un traitement optimal. Pour établir le diagnostic, les médecins commencent par recueillir l'anamnèse du patient, puis procèdent à un examen physique approfondi. À l'aide de techniques d'imagerie telles que l'imagerie par résonance magnétique (IRM) et/ou la tomodensitométrie (TDM), le médecin peut déterminer dans quelle mesure la tumeur s'est déjà propagée. Le prélèvement d'un échantillon de tissu (biopsie) et son examen histologique permettent de poser un diagnostic sûr du sarcome.

Comment un sarcome est-il traité ?

Les patients qui ont de bonnes raisons de suspecter un sarcome ou dont le diagnostic est déjà confirmé doivent se rendre dans un centre spécialisé dans le traitement des sarcomes. Dans ce centre spécialisé dans les sarcomes, des experts de différents domaines travaillent main dans la main. Pour mettre en place les mesures thérapeutiques appropriées, il faut d'abord déterminer le type exact de sarcome. Pour cela, les médecins doivent savoir si la tumeur se développe de manière localisée, si elle a déjà envahi les tissus voisins et si elle s'est métastasée. Mais l'état de santé général du patient et son âge jouent également un rôle important dans le choix du traitement.

Méthodes de traitement des sarcomes des tissus mous

Les sarcomes des tissus mous peuvent en principe être traités par une opération, une radiothérapie ou une chimiothérapie. Mais l'administration de médicaments peut également être envisagée pour les sarcomes des tissus mous.

S'il s'agit d'un sarcome des tissus mous localisé, il peut être enlevé le plus complètement possible par une opération. En cas de succès, les perspectives de guérison sont extrêmement positives. Chez certains patients, il peut également être nécessaire de prescrire une radiothérapie et/ou une chimiothérapie avant l'opération (traitement néoadjuvant). Si un traitement supplémentaire est nécessaire après l'opération, par exemple sous la forme d'une irradiation ultérieure, les médecins parlent alors de traitement adjuvant. Cela vise à réduire le risque de formation d'une nouvelle tumeur. Dans certains cas, il peut également arriver que l'on prescrive à la fois un traitement pré- et post-opératoire.

Méthodes de traitement des sarcomes osseux

Les sarcomes osseux sont également traités principalement par une opération, une radiothérapie ou une chimiothérapie. De même, des médicaments ciblés peuvent offrir des perspectives de guérison lors du traitement de certains sarcomes osseux. Comme pour les sarcomes des tissus mous, le type de sarcome, la localisation de la tumeur et sa taille sont des facteurs déterminants. Mais la question de savoir si la tumeur s'est déjà développée dans les tissus voisins et a déjà formé des tumeurs joue également un rôle dans la méthode de traitement. L'état de santé général du patient et son âge entrent également en ligne de compte.

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.